ROULER TOUT L’HIVER EN SCOOTER OU EN MOTO C’EST POSSIBLE !

9 novembre 2013 | 5 commentaires

Guide pratique : rouler l'hiver en scooter et en moto

Rouler tout l’hiver en scooter, scooter 3 roues ou moto c’est possible.

J’anticipe un peu mais dans le Nord de la France il fait déjà froid ! Quelques conseils s’imposent pour rouler toute l’année en toute sécurité.

Le rapport entre vitesse et froid ressenti peut être calculé avec l’indice de refroidissement éolien : grosso modo, lorsque la température extérieure est de 0°C à l’arrêt, elle peut descendre jusqu’à -10°C en roulant à 90 km/h et même à -15°C à 130 km/h. Par -10°C à l’arrêt, un trajet sur autoroute à 130 km/h peut même amener le conducteur à braver des températures de l’ordre de -25°C !

Bref, autant dire qu’il faut se préparer un minimum pour affronter le froid !

Comportement routier

Rouler en code. L’important est d’être vu, sans éblouir. Pour cette raison il vaut mieux rouler avec ses feux de codes allumés même en plein jour plutôt que les pleins phares. Les pleins phares éblouissent et leur utilisation est en définitives plus dangereuse que celle des codes.

Attention au sol glissant ! C’est une évidence mais il faut impérativement faire attention aux bandes blanches, aux plaques d’égouts, aux virages et aux pavés. On le sait tous, mais il est bon de rappeler qu’une marge de sécurité pour négocier les virages est nécessaire.

Virer à plat : Le sol est humide et froid. Voilà 2 bonnes raisons pour rouler piano piano et ne pas prendre trop d’angle dans les virages.

Anticiper et minimiser l’usage des freins : Sur sol froid et humide, tout coup de frein un peu sec ne pardonnera pas.On veillera au traditionnel 70% de freinage à l’avant et 30% à l’arrière en freinant progressivement. A bon entendeur !

Rouler au bon endroit : Éviter les zones ombrés sur l’asphalte. Protégées du soleil, elles peuvent cacher des plaques verglacées. Sur autoroutes et voies rapides, la zone centrale est souvent plus sèche que l’extérieur de la voie.

Accélérer avec modération :  Même si on est fier de notre jouet et que l’on veut montrer à tout le monde qu’il a de la patate. Il est fortement conseiller d’accélérer avec modération. La nervosité de certains scooters ;-) peut engendre une perte de motricité.

Accepter ses limites : Je suis un pilote Molly. Ma vraie place est sur l’asphalte. Oubliez ! Plus les conditions sont difficiles et plus il faut être expérimenté et résistant. Quel que soit son niveau, on ne roule pas sur la neige ! (n’est ce pas ancien proprio de mon petit cyclope. Tu l’as fait tombé et griffé cochon !!!). Une bonne hygiène de vie contribue à mieux résister au froid.

Méfier vous des piétons : Autant que vous, ils sont pressés de rentrer au chaud. Abrités sous un parapluie ou une capuche, leur champ de vision est amoindri et ils vous voient moins. Il est donc important de leur porter une attention toute particulière.

Équipement du scooter ou de la moto

Installer un pare-brise :  pour un peu moins de 100€ vous pouvez doter votre scooter d’un pare brise qui vous protégera du crachin et du froid sur toute la partie haute de votre corps.

Equiper votre scooter d’un tablier et des manchons : de 100€ à 150€ pour un tablier et de 30€ à 50€ pour une paire de manchon. En se débrouillant bien il y a moyen de protéger le bas du corps pour environ 150€.

Porter un casque intégral : S’il offre une protection plus robuste contre les chocs,  il protège également du froid.  Il faut privilégier un casque qui a une bonne ventilation tout en vous protégeant du froid. De la sorte vous éviterez la formation de la buée. De nombreux casques proposent déjà un écran anti-buée, d’autres proposent un écran de type PIN LOCK qui est un peu plus performant et qui résiste mieux dans le temps.
Il existe aussi un système de casque qui dispose d’un cran spécifique pour le relevage de l’écran. Vous disposez ainsi d’un fin filet d’air qui n’attaque pas les yeux.

Porter une veste de moto, un pantalon de pluie et une bonne paire de gants :

La règle des 3 couches :

Couche N°1 : Porter des sous-vêtement près du corps pour maintenir sa température et absorber la transpiration.

Couche N°2 : Pull ou polaire pour conserver la chaleur.

Couche N°3 : Blouson et pantalon pour la couche imperméable et isolante.

  • Pour les sous-vêtements, les pulls ou la polaire je vous invite tout simplement à aller faire un tour dans les rayons rando ou montagne d’un magasin de sport. Perso mon t-shirt me permettant de maintenir la température est celui que j’utilise aussi pour faire du bateau.
  • Pour la veste, la bonne idée consiste à investir dans une veste chaude à doublure amovible pour limiter le montant des équipements (environ 200€ chez BEIRING). Sur la mienne, il y a même un système de chauffage de la veste par sachet chimique. Vous savez ces petits sachets que l’on ouvre et qui chauffe au contact de l’air ambiant. Je n’ai pas encore testé mais vous tiens au courant.
  • Le pantalon de pluie est un très bon investissement. Hyper pratique, vous pourrez en trouver un avec une doublure bien chaude (environ 70€ chez BEIRING). Personnellement, ca me fend le coeur lorsque j’enlève le mien en arrivant au taf. J’ai juste l’impression de sortir de la couette une deuxième fois. Une horreur ! Pour bien choisir votre pantalon, veillez à ce qu’il dispose : d’une taille haute, d’une doublure amovible, de nombreux serrages pour l’ajuster facilement (hanches, bas de jambes) et qu’il permette de garder un jean ou un pantalon de ville en dessous (c’est la galère de trouver des WC pour se changer).
  • Pour les gants, il faut compter une cinquantaine d’€uros (toujours chez BEIRING). 4 choses sont à privilégier pour choisir de bons gants. Ils doivent être biens coupés (pas de coutures mal placées), chauds, confortables  et étanches. Vous pouvez les couplez avec une paire de sous gants si le froid est persistant. Petit plus que je n’ai pas sur ma paire de gants, j’ai vu qu’il y avait des gants avec une raclette en caoutchouc sur la tranche de l’index. Ça doit être super pratique pour virer les gouttes sur la visière du casque (si vous savez où cela s’achète vous pouvez laisser vos adresses en commentaire).
  • Une cagoule (de gangster) ou a minima un tour de cou sont également les bienvenus ! Le tour de coup doit être le plus proche possible de la peau pour éviter les courants d’air. Vous pourrez trouver dans le commerce des « tubes de cou » simples qui font souvent l’affaire. Mais selon vos besoins vous pourrez en trouver également d’autres avec un plastron plus ou moins long. L’avantage du tour de cou est qu’il va dévier l’air que vous aller expirer et donc minimiser la formation de buée sur l’écran. L’écharpe de mamie est donc à proscrire. Elle empêche le manteau ou la veste de se fermer correctement (on a le même souci avec les pulls à gros cols) et peut se faire la malle à tout moment.

Il existe également des équipements chauffants avec système chimique ou électrique (branché ou sur batterie). J’ai voulu faire simple dans les conseils et ne pas m’en remettre à des accessoires qui pourraient être  compliqués à installer / brancher ou tomber en rade.

A noter : Le suréquipement associé au froid engendrera une sudation excessive. Il est donc important de boire pour se réhydrater. Pauses régulières et boissons chaudes (pas le vin chaud hein!) sont donc fortement recommandées pour tenir le coup sur les longs trajets. Veiller également à ne pas vous suréquiper. Primo ça fait bonhomme Michelin et secondo ca fait transpirer. Froid + eau = coup de froid assuré. Ne vous équipez pas non plus trois heure avant le départ car vous risquez d’être en nage en arrivant sur la machine.

Entretien du scooter ou de la moto

Penser à nettoyer / protéger sa bécane : Il n’y a rien de pire que le sel qui traine sur les routes pendant la période hivernale pour corroder votre machine. La solution est ultra simple pour se débarrasser du sel, il suffit d’un bon coup d’eau. L’inconvénient est qu’avec ce nettoyage à l’eau, vous allez enlever la graisse sur votre chaine. Passez donc un coup de bombe spéciale pour lubrifier les parties mécaniques et électriques de votre bécane. N’oubliez pas les serrures guidon et sous la selle.

Entretenir sa batterie : Tant qu’on ne s’est pas fait avoir… bref ! Un rendez-vous dans le lac et on s’y tient : batterie bien chargée et bougie en bon état permettent des démarrages au quart de tour. Il faut savoir qu’une batterie se décharge naturellement et elle va se décharger encore plus vite avec le froid. Cela est encore plus vrai lorsqu’un système électrique est monté dessus comme une alarme par exemple. Il faut donc surveiller son voltage et sa recharge particulière. Attention à ne pas faire l’erreur du débutant sur ce point : recharger sa batterie moto/scooter avec un chargeur de voiture qui est trop puissant et qui va donc flinguer votre batterie.

Laissez chauffer le moteur : Hiver comme été, on laisse tourner le moteur au ralenti et on n’accélère pas comme un cochon sur les premiers kilomètres. Merci pour lui ;-) Cela permet tout simplement à l’huile de se réchauffer, de devenir plus fluide et de lubrifier correctement le moteur et ses cylindres. Il ne faut donc pas monter dans les tours lorsque la bécane est froide. L’idéal est d’attendre 2 kms avant d’ouvrir les gaz. Vous remarquerez facilement que lorsque le moteur est froid, le ralenti n’est pas stable.

Mets de l’huile ! Lors de la vidange pré hivernale, n’oubliez pas de mettre une huile avec un grade adapté.Comment choisir la bonne huile ?

Les huiles sont classées en fonction de leur viscosité par le grade SAE (Society of American Engineers) à froid et à chaud. Donc lorsque vous êtes dans le rayon, en face des bidons regardez l’information suivante : SAE 15W-40 par exemple.

Cela veut dire 2 choses :

  • Le grade à froid, soit 15 dans la cas présent suivi de la lettre W pour Winter (hiver)
  • Le grade à chaud, soit 40 dans le cas présent.

Moins le grade à froid est élevé, plus l’huile est fluide à des températures basses ou négatives.
Plus le grade à chaud est élevé, plus l’huile est visqueuse dans les hautes températures.
Une huile SAE 15W-40 permet une large plage d’utilisation. Elle est idéale pour des températures comprises entre -10°C et +40°C.

C’est cher de l’huile moteur moto ! Oui et franchement pour un usage routier classique vous pouvez très bien utiliser de l’huile moteur auto !  De toute façon, il n’existe aucune norme pour dire qu’une huile est moteur moto. #fucklemarketing

Petit rappel pour les citadins : la vidange c’est tout les 6000 kms.

A bons pneus, bonne route : Vérifiez vos pneus. Usés, ils donneront moins d’adhérence et alourdiront la direction sur une chaussée mouillée.

Un coup de chiffon sur les phares : la chaussée humide et salissante aura raison du bel éclat de vos phares. Prévoir l’achat d’un bidon d’huile de coude.

Bonne route et attention aux autos !

Étienne

Section: BLOG
×

5 commentaires pour "ROULER TOUT L’HIVER EN SCOOTER OU EN MOTO C’EST POSSIBLE !"

Trackback | Comments RSS Feed

  1. Popol dit :

    Merci pour tous ces conseils qui vont m’être très utile, en plus tous est très bien fait.

  2. jef dit :

    Bonjour,

    La batterie de mon SYM JOYRIDE est trop faible pour démarrer.
    Sur le scooter j’ai un dispositif pour brancher l’adaptateur de recharge (AC/DC ADAPTATOR 230V / 50HZ).
    Malheureusement je ne me souviens plus où je dois brancher la petite fiche sur le scooter.
    Avez-vous une idée ? D’avance un grand merci !
    Jef

Commenter